Switch Play

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • Individual
  • Children (ages 6-12) icon
  • Pratiques exemplaires
  • Anglais
  • Domicile
  • Prevention de l’obésité
  • Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles
  • Activité physique
  • Environnements sociaux

Aperçu

INTERVENTION

L’intervention expérimentale s’est déroulée pendant une année scolaire (10 mois) dans des écoles fréquentées par des enfants issus d’un milieu socio-économique (MSE) faible en Australie. Les buts premiers étaient de prévenir le gain de poids, de réduire le temps passé devant un écran et de maintenir le niveau d’activité physique chez les élèves de 10 ans. Les objectifs secondaires étaient que les enfants prennent plus de plaisir à faire de l’activité physique et qu’ils améliorent leurs habiletés motrices liées aux jeux et aux sports au cours de l’enfance.

Les éléments de l’intervention s’ajoutaient au programme d’études standard et portaient sur la modification du comportement dans un groupe d’enfants, sur les habilités motrices fondamentales dans un autre groupe d’enfant, ainsi que sur la modification du comportement (MC) et les habiletés motrices fondamentales (HMF) dans un groupe combiné.. L’intervention comprenait 19 leçons (38 pour le groupe combiné) et était mise en œuvre en milieu scolaire (dans une salle de classe/à l’extérieur) par des enseignants en éducation physique formés et s’appuyant sur un programme détaillé.

Les données de suivi après l’intervention et après 12 ans montrent que les enfants ayant été exposés à l’intervention réunissant la modification du comportement et les habiletés fondamentales étaient beaucoup moins susceptibles de souffrir d’un excès de poids. Les garçons et les filles ont obtenu des résultats différents pour ce qui est de leur plaisir global, de leur participation à des activités physiques (AP) et de leurs habiletés motrices fondamentales (Source a : Salmon, Ball et al, 2008).

L’intervention (« Switch-2-Activity ») a été de nouveau mise à l’essai en conditions réelles dans 15 écoles de quartiers défavorisés de Melbourne, avec des enfants de 9 à 12 ans. L’intervention reproduite a été abrégée et la documentation a été modifiée pendant la mise œuvre par les enseignants. L’intervention n’a pas eu d’effets significatifs sur le niveau d’activité des enfants, même si le temps passé devant un écran, qui a été déclaré par les garçons, était légèrement moindre et la confiance en soi s’est accrue. (Source : Salmon et al, 2010)

DONNÉES PROBANTES

L’intervention expérimentale Switch-Play a été mise en œuvre dans trois écoles publiques fréquentées pas des enfants issus d’un milieu socio-économique faible à Melbourne. Les enfants ont été répartis par classe de façon aléatoire selon les quatre axes suivants : programme habituel; modification du comportement avec habiletés motrices fondamentales.

Les données ont été recueillies au début, 6 mois plus tard et après 12 mois de suivi, et celles-ci montrent des effets anthropométriques positifs. Plus précisément, la modification du comportement des enfants du groupe sur la modification du comportement et sur les habiletés motrices fondamentales était considérablement moindre que celle des enfants du groupe témoin (en moyenne, l’IMC était inférieur de 1,88 unité), après 12 mois. Les enfants de ce groupe étaient également beaucoup moins susceptibles de souffrir d’un excès de point ou d’obésité. L’intervention n’a pas réussi à réduire les comportements pour ce qui est du temps passé devant un écran. Selon les auteurs, cette étude a donné des résultats favorables pour ce qui est de l’IMC et le poids des enfants. En moyenne, entre les données de départ et après l’intervention, et en incluant les données de suivi après 6 mois et 12 mois, les enfants ayant participé au groupe sur la modification du comportement et les habiletés motrices fondamentales (MC/HMF) avaient un IMC considérablement inférieur à celui des enfants du groupe témoin. Ces différences ont été confirmées par l’inclusion des données sur la fréquence de consommation des aliments et sur l’activité physique compte tenu de tous les points chronologiques. Les analyses corrigées ont également constaté qu’avec le temps, les enfants du groupe MC/HMF étaient en moyenne, dans une proportion de plus de 60 %, moins susceptibles de souffrir d’un excès de poids ou d’obésité (données de départ et après l’intervention, et au cours des quatre points chronologiques), comparativement aux enfants du groupe témoin (p. 609).

Sur le plan de l’activité physique, des effets importants ont été observés pour le groupe témoin et les groupes sur la modification du comportement et les habiletés motrices fondamentales. Le sexe de l’enfant a eu un effet modérateur important sur la quantité et le type d’activité physique et sur les effets des habiletés motrices fondamentales. L’intervention a eu des effets importants sur l’IMC non ajusté chez les filles du groupe sur les HMF et du groupe sur la MC/les HMF comparativement aux filles du groupe témoin. (Source : Salmon, Ball et al, 2008)

L’étude de la recherche Switch-2-Activity menant à la pratique a examiné l’efficacité de l’intervention dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé qui a mis à contribution des enfants de 9 à 12 ans de 15 écoles situées dans des quartiers défavorisés de Melbourne, en Australie. Les mesures anthropométriques n’ont pas été prises. L’effet de l’intervention a été évalué au moyen de sondages initiaux et post-intervention menés auprès des enfants, qui ont fait part du temps qu’ils passaient devant un écran, de leur niveau d’activité, de leur sentiment de confiance en eux et de leur capacité comportementale. Les enseignants, quant à eux, ont rendu compte de la mise en œuvre du programme d’études adapté dans une évaluation du processus. L’intervention n’a eu aucun effet sur l’activité physique des garçons ou des filles et elle n’a pas eu d’effets significatifs sur le temps passé devant un écran (émissions de télévision, utilisation de l’ordinateur, jeux électroniques). De nouveau, le sexe a joué un rôle modérateur important sur l’effet de l’intervention pour ce qui est du temps passé devant un écran, et a eu un petit effet favorable sur le temps que les garçons passaient devant un écran les fins de semaine. L’intervention a eu des effets positifs sur la confiance en soi et sur la capacité comportementale pour ce qui est du temps passé à regarder la télévision. (Source : Salmon et al, 2010)

Document-source principal

N/A

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

N/A

Cœur de l'intervention

N/A

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

N/A

N/A

Activités propres à l'intervention

N/A

Priorité/Population cible de l'intervention

N/A

Résultats

N/A

Adaptabilité

Historique de la mise en œuvre

N/A

Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

N/A

Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre?

N/A

Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention?

N/A