Y’a personne de parfait

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • PP-icon1
  • Teens (ages 13-18) icon
  • Young Adult (ages 19-24) icon
  • Adult (ages 25-64) icon
  • Seniors (ages 65+) icon
  • Collectivité/ voisinage
  • Développement d’enfants en santé
  • Prévention des blessures
  • Mental Health Icon 2
  • Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles
  • Réseaux de soutien social

Determinants of Health: Pratiques en matière d'hygène personnelle et faculté d'adaption, Réseaux de soutien social, Développement sain durant l'enfance, Inclusion sociale

Aperçu

« Y’a personne de parfait » est un programme de formation et de soutien parental qui s’adresse aux parents d’enfants âgés de cinq ans et moins. Ce programme s’adresse aux parents qui sont chefs de famille monoparentale, jeunes, seuls, socialement ou géographiquement isolés, et qui ont peu d’années de scolarité ou un faible revenu. Il informe les parents sur les « quand », « quoi » et « pourquoi » des cinq premières années de leurs enfants. L’accès au programme est gratuit pour les parents et la participation se fait sur une base volontaire.

Le programme Y’a personne de parfait a été mis au point par Santé Canada, en partenariat avec les ministères de la Santé des quatre provinces de l’Atlantique : le Nouveau Brunswick, Terre Neuve et Labrador, la Nouvelle Écosse et l’Île du Prince Édouard. Y’a personne de parfait est devenu un programme national en 1987. Une évaluation nationale des résultats réalisée en 2008 a permis d’observer des répercussions positives sur les comportements des parents, leur capacité à faire face à des stresseurs parentaux courants, leur aptitude à résoudre des problèmes, leur perception du soutien social, leur confiance en eux en tant que parents et leurs connaissances relatives aux ressources communautaires.

Document-source principal

Skyrpnek BJ, Charchun J, An Evaluation of the Nobody’s Perfect Parenting Program (en anglais seulement) Association canadienne des programmes de ressources pour la famille (PRF Canada)

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

Le programme Y’a personne de parfait a été mis au point par l’Agence de la santé publique du Canada (puis par Santé Canada), en partenariat avec les ministères de la Santé des quatre provinces de l’Atlantique : le Nouveau Brunswick, Terre Neuve et Labrador, la Nouvelle Écosse et l’Île du Prince Édouard.

Cœur de l'intervention

But/objectif de l'interventionNiveau(x) ciblé(s)Orientation axée sur l'équité
Accroître l’entraide et le soutien mutuel chez les parents.
  • Niveau individuel
  • Niveau interpersonnel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Améliorer les capacités de gestion des participants en tant que parents.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Accroître la confiance en soi des participants en tant que parents et améliorer l’image qu’ils se font d’eux mêmes à ce titre.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Susciter des modifications positives dans le comportement des parents en ce qui concerne la santé, la sécurité et le comportement de leurs enfants.
  • Niveau individuel
  • Niveau interpersonnel
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Accroîtreles connaissances et la compréhension des parents en ce qui concerne la santé, la sécurité et le comportement de leurs enfants.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

Promotion de la santé

  • Santé mentale

Réduction des risques

  • Prévention des blessures

Activités propres à l'intervention

  • Information sur la santé à des fins éducatives
  • Processus/programme de groupe

Priorité/Population cible de l'intervention

Période de vie

  • Adolescents (13 à 18 ans)
  • Jeunes adultes (19 à 24 ans)
  • Adultes (25 à 64 ans)
  • Personnes âgés (65 ans et plus)

Cadre

Cadre éducatif

    Cadre communautaire

    • Community/neighbourhood

    Résultats

    Tableau des résultats et des répercussions
    RépercussionsDescription des répercussionsOrientation axée sur l'équité
    Au niveau interpersonnelL’usage de méthodes de discipline positive déclaré par les parents a augmenté de manière significative entre le prétest (M = 16,35) et le post test (M = 17,58), t(103) = 2,77, p < 0,01, d =0,25. Cette augmentation a été maintenue six mois plus tard (M = 18,04), F (2, 50) = 4,79, p < 0,01, n2 = 0,16.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau interpersonnelLes parents ont fait état d’une diminution importante de l’usage de la colère et de la fessée entre le prétest (M = 8,43) et le post test (M = 7,84), t(113) = 2,78, p < 0,05, d = 0,49. Cette augmentation a été maintenue six mois plus tard (M = 7,54), F (2, 58) = 2,44, p = 0,10.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau interpersonnelL’analyse a révélé que la fréquence des interactions parent-enfant positives a augmenté de manière significative entre le prétest (M = 25,72) et le post test (M = 26,32), t(128) = 2,57, p<0,05, d = 0,49. Cette augmentation n’a pas été maintenue six mois plus tard (M = 26,06), F (2, 68) = 5,32, p < 0,01, n2 = 0,14.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau interpersonnelL’analyse a révélé que la perception du soutien social a augmenté de manière significative chez les participants au programme entre le prétest (M = 43,35) et le post test (M = 45,67), t (125) = 4,44, p<0,001, d = 0,39. La perception du soutien social n’a pas changé dans le groupe inscrit sur une liste d’attenteLes résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau interpersonnelLa fréquence des interactions parent enfant positives a augmenté de manière significative entre le prétest (M = 25,72) et le post test (M = 26,32), t(128) = 2,57, p<0,05, d = 0,49. À titre de comparaison, il n’y a eu aucune augmentation significative de la fréquence des interactions parent enfant positives signalées par le groupe inscrit sur une liste d’attente au cours d’une période de temps comparable entre le premier test (M = 25,50) et le deuxième test (M = 25,75), t< 1.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau individuelLa capacité des parents à résoudre des problèmes a augmenté de manière significative entre le prétest (M = 56,99) et le post test (M = 58,73), t (103) = 2,99, p <0,01, d = 0,30. Les parents ont continué à développer cette aptitude avec le temps, de sorte qu’au moment du suivi après six mois, les résultats des parents sur l’échelle de la résolution de problèmes (M = 60,50) avaient augmenté de manière significative par rapport au moment où les parents ont commencé à participer au programme.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau individuelLes cotes données par les parents à chaque stresseur afin d’indiquer la mesure dans laquelle ce stresseur constituait un problème ou un tracas pour eux ont diminué de manière significative entre le prétest (M = 44,29) et le post test (M = 41,03), t(74) = 2,67 p<0,01, d = 0,31. La diminution observée au moment du suivi après 6 mois (M = 38,05) par rapport aux scores au moment du prétest est statistiquement significative, F (1, 21) = 6,14, p < 0,05. Ces résultats permettent de croire que les effets de Y’a personne de parfait sur la capacité à faire face au stress ont augmenté avec le temps.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau individuelL’analyse a révélé que la capacité des parents à résoudre des problèmes a augmenté de manière significative entre le prétest (M = 56,99) et le post test (M = 58,73), t (103) = 2,99, p< 0,01, d = 0,30, et s’est amélioré davantage lors du suivi. À titre de comparaison, on n’a observé aucune amélioration significative de la capacité à résoudre des problèmes chez le groupe inscrit sur une liste d’attente entre le prétest et le post test.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
    Au niveau interpersonnelMalgré l’absence de changement significatif entre le prétest (M = 7,70) et le post test (M = 8,10), la fréquence d’utilisation de stratégies de modification du comportement avait augmenté de manière significative (M = 9,30) au moment du suivi après six mois.Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.

    Adaptabilité

    Historique de la mise en œuvre

    • Multiples mises en œuvre - Différents contextes/diverses populations/différents fournisseurs – L’intervention affiche une grande adaptabilité puisqu’elle a été mise en œuvre dans différents contextes ou auprès de diverses populations ou par différents fournisseurs*. Cela peut comprendre des mises en œuvre multiples au cours d’une même période. *Toutes les mises en œuvre de l’intervention doivent avoir été essentiellement les mêmes et doivent avoir fait état de résultats positifs en ce qui concerne les objectifs primaires de l’intervention.

    Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

    • Compétences spécialisées fournies dans le cadre de l’intervention – L’intervention n’exige pas une formation hautement spécialisée de la part des personnes ou des groupes, mais une formation sera offerte aux personnes ou aux groupes dans le cadre de la mise en œuvre de l’intervention.

    Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre

    Non.

    Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention

    Oui.

    Cinq livrets faciles à lire, de la taille d’un livre pour enfants de la collection Lis moi une histoire, présentent de l’information aux parents dans un langage clair et simple accompagné de dessins colorés. Du matériel additionnel tel qu’une affiche illustrant la croissance des enfants, une affiche illustrant les étapes du développement d’un enfant ainsi que des autocollants pour noter les numéros à appeler en cas d’urgence font partie de la trousse du programme qui est remise gratuitement aux parents. Un jeu intitulé « Sans danger – En danger » figure parmi les ressources facultatives. Un livret plus récent, qui est intitulé Les sentiments et s’appuie sur la théorie de l’attachement, traite des besoins affectifs des enfants et encourage les parents à se montrer empathiques envers leurs enfants pour les guider dans leurs comportements, au lieu de les punir. Ce livret s’ajoute aux cinq premiers livrets à l’intention des parents, mais n’est pas inclus dans la trousse de base remise aux parents.

    Une série de 19 fiches de renseignements offre de l'information à jour et accessible aux parents et aux soignants d'enfants âgés de 0 à 5 ans sur un éventail de sujets.