Housing, Insulation and Health Study (en anglais seulement)

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • Health Equity
  • Organization
  • PP-icon1
  • Infancy (ages 0-2) icon
  • Early Childhood (ages 3-5) icon
  • Children (ages 6-12) icon
  • Teens (ages 13-18) icon
  • Young Adult (ages 19-24) icon
  • Adult (ages 25-64) icon
  • Seniors (ages 65+) icon
  • Anglais
  • Domicile
  • Revenu et statut social
  • Mental Health Icon 2
  • Environnement physique

Determinants of Health: Conditions de logement, Revenue et statut social (y compris l'écart entre les pauvres et les riches), Environnement physique

Aperçu

Le Housing, Insulation and Health Study était un essai randomisé par grappes visant à évaluer les répercussions de l’isolation de maisons existantes dans sept communautés à faible revenu. L’étude a été conçue comme une intervention pratique visant à améliorer l’environnement intérieur à l’échelle de la communauté.

L’isolation de maisons existantes a permis de créer un environnement intérieur plus chaud et plus sec, ce qui a conduit à une amélioration de l’état de santé autoévalué et à une réduction des symptômes d’asthme, des symptômes de respiration sifflante autodéclarés, des jours d’absence de l’école et du travail et des visites chez un omnipraticien ainsi que d’une tendance à une diminution des hospitalisations pour des affections respiratoires. L’isolation des maisons s’est également avérée rentable sur le plan de l’utilisation des services de santé, des coûts énergétiques et des jours d’absence de l’école et du travail.

Document-source principal

P Howden-Chapman, A Matheson, Crane, J, H Viggers, M Cunningham et ala, Effect of insulating existing houses on health inequality: Cluster randomised study in the community British Medical Journal. 2007: 334(7591); 460.

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

  • N/A

Cœur de l'intervention

But/objectif de l'interventionNiveau(x) ciblé(s)Orientation axée sur l'équité
Réduire l’utilisation des soins de santé (visites chez l’omnipraticien, admissions à l’hôpital).
  • Niveau communautaire
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Réduire les jours d’absence du travail et de l’école.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Améliorer l’état de santé autodéclaré chez les membres du ménage (santé physique et émotionnelle générale, fonctionnement social, symptômes respiratoires, rhumes et grippes durant l’hiver, troubles du sommeil).
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Diminuer l’utilisation d’énergie des ménages.
  • Niveau environnemental
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Améliorer l’environnement domestique interne (température, humidité et moisissures).
  • Niveau environnemental
Les personnes défavorisées sont énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

Promotion de la santé

  • Santé mentale

Réduction des risques

    Activités propres à l'intervention

    • Modification des environnements naturels/bâtis

    Priorité/Population cible de l'intervention

    Période de vie

    • Tous les âges

    Cadre

    Cadre éducatif

      • N/A

      Cadre communautaire

      • Home

      Résultats

      Tableau des résultats et des répercussions
      RépercussionsDescription des répercussionsOrientation axée sur l'équité
      Au niveau individuelComparativement au groupe témoin, les adultes faisant partie du groupe d’intervention étaient moins susceptibles d’avoir manqué des jours de travail (p = 0,0017) et de signaler un nombre moins élevé de jours de travail (p = 0,001). Les enfants étaient moins susceptibles d’avoir manqué des jours d’école (p = 0,004) et d’avoir signalé un nombre moins élevé de jours d’école (p = 0,044). Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
      Au niveau individuelDans les maisons isolées, on a observé une réduction des probabilités de mauvaise santé générale ou de santé générale passable (p < 0,0001), de rhumes et de grippes (p < 0,0001), de respiration sifflante au cours des 3 mois précédents (p < 0,0001), de mucosités matinales (p < 0,0001), de sommeil perturbé par une respiration sifflante (enfants âgés de 0 à 12 ans; p = 0,0019) et d’une allocution gênée par une respiration sifflante (enfants âgés de 0 à 12 ans; p = 0,0120). Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
      Au niveau individuelDans les maisons isolées, on a observé que les habitants avaient moins tendance à autodéclarer un état de santé passable ou mauvais dans le questionnaire SF-36 (faible indice de vitalité, p < 0,000; faible indice de bonheur, p = 0,0003; fonctionnement social, p < 0,0001; rôle émotionnel p < 0,0001; rôle physique, p < 0,0001). Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
      Au niveau individuelL’isolation a été associée à des répercussions positives sur les cas de moisissures autodéclarés (p < 0,0001), sur le fait qu’il faisait froid dans la maison la plupart du temps ou tout le temps (p < 0,0001), sur la condensation (p < 0,0001), sur l’humidité non causée par la condensation (p < 0,0001), sur l’efficacité du chauffage (p < 0,0001), sur l’utilisation énergétique mesurée et autodéclarée, (p = 0,0006), sur l’humidité relative (p = 0,02) et sur la moyenne d’heures par journée où l’humidité relative était supérieure à 75 % (p = 0,003).Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.

      Adaptabilité

      Historique de la mise en œuvre

      • Une seule mise en œuvre (il peut s’agir d’un projet pilote) - L’intervention a été mise en œuvre une fois et peut en théorie s’appliquer ailleurs.

      Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

      • Les compétences spécialisées requises sont rarement accessibles dans le contexte – L’intervention exige la participation de personnel possédant des compétences poussées (p. ex. médecins, épidémiologistes, travailleurs sociaux), mais qui sont rarement accessibles dans le contexte de l’intervention.

      Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre

      Non.

      Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention

      Non.