SNAP® (Stop Now And Plan) Model Programs

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • Community
  • Health Equity
  • Individual
  • Organization
  • Children (ages 6-12) icon
  • Teens (ages 13-18) icon
  • Before-After School Icon 1
  • Pratiques exemplaires
  • Canada
  • Collectivité/ voisinage
  • Elementary School Icon 1
  • Milieu de soins de santé
  • Mental Health Icon 2
  • Preventing Violence Icon 1

Determinants of Health: Pratiques en matière d'hygène personnelle et faculté d'adaption, Relations sociales (y compris celles qui respectent la diversité), Réseaux de soutien social, Développement sain durant l'enfance

Aperçu

Le programme Stop now And Plan (SNAP®) est un programme cognitivo-comportemental à composantes multiples, adapté au sexe, suivant un protocole précis et fondé sur des données probantes, qui s’adresse aux enfants à risque de 6 à 11 ans présentant des comportements perturbateurs graves (agression, violation des règles et problèmes de comportement) ainsi qu’à leur famille. Le programme SNAP® vise à enseigner aux enfants (et à leurs parents/gardiens) comment régulariser leurs émotions, avoir une meilleure maîtrise d’eux mêmes et résoudre des problèmes. Il accorde une attention particulière à la remise en question des distorsions cognitives en vue de les remplacer par un mode de pensée réaliste et d’aider les enfants à faire de meilleurs choix dans le feu de l’action. L’objectif est d’améliorer les compétences sociales, ainsi que de réduire les comportements perturbateurs, le risque d’avoir des démêlés avec la police et les problèmes de discipline, tout en améliorant l’efficacité des aptitudes de gestion parentale.

Le programme SNAP fait appel à une intervention structurée, à des jeux de rôles et à des discussions dirigées pour aider les enfants à cerner les éléments déclencheurs et à établir des liens entre les réponses physiologiques de leur corps (ou les « indices corporels »), leurs pensées, leurs émotions et leurs réactions émotionnelles. Ces méthodes favorisent l’acquisition de compétences efficaces de régulation des émotions qui aident les enfants à se calmer et à élaborer un plan d’action efficace. Pour assurer le succès du programme, ces plans doivent respecter les critères suivants : a) aider les enfants à régler les problèmes avant que la situation ne dégénère; b) donner aux enfants le sentiment qu’ils sont « gagnants »; c) faire en sorte que personne ne soit blessé et que rien ne soit brisé (Augimeri et al., 2014).

Pour l’utilisation de la technique, neuf principes comportant des indicateurs précis ont été établis afin de décrire l’approche en matière de prestation des services et d’orienter le programme SNAP. Ces principes comprennent le paradigme scientifique-praticien; l’approche axée sur le client; l’approche selon le sexe; l’approche écosystémique; l’approche collaborative; l’approche réceptive aux besoins de la communauté; l’approche axée sur les forces et les compétences; la prestation de services continus; et l’excellence en matière de services. En outre, le modèle SNAP s’articule autour de cinq principes théoriques fondamentaux fondés sur une approche développementale : il s’agit de la théorie des systèmes, de la théorie de l’apprentissage social par l’interaction, de la théorie cognitivo-comportementale, de la théorie de l’attachement et de la théorie féministe.

L’outil Early Assessment Risk List (EARL-20B pour les garçons et EARL-21G pour les filles) est un outil d’évaluation clinique structurée des risques et des besoins d’enfants agressifs et délinquants, et est également utilisé pour fournir un cadre complet d’évaluation des facteurs de risque ayant une incidence sur la propension des enfants à adopter un comportement antisocial. Fondée sur l’évaluation écosystémique, l’évaluation des risques tient compte du point de vue de multiples sources (enfant, parent, enseignant et clinicien), détermine les besoins particuliers des enfants et des familles en matière de traitement et aide les cliniciens à assurer la planification du traitement afin d’atténuer ces risques.

Au nombre des composantes fondamentales du programme SNAP figurent des séances d’une durée de 13 semaines suivant un protocole auprès de groupes d’enfants du même sexe (SNAP Boys; SNAP Girls) et, en parallèle, auprès de groupes de parents (SNAP Parent Groups). La technique SNAP est enseignée dans les groupes d’enfants et de parents; elle jette les bases des composantes additionnelles de traitement axées sur les risques et les besoins dans le cadre du programme SNAP (p. ex. formation des parents – counseling familial, soutien scolaire, counseling/mentorat individuel, liens avec la collectivité/action communautaire et leadership des jeunes). En outre, les séances offertes au groupe de parents du programme SNAP permettent aux gardiens d’acquérir des stratégies efficaces d’éducation des enfants, d’accorder une attention particulière à la remise en question des distorsions cognitives (ou erreurs de raisonnement), de réduire l’isolement et d’améliorer les relations parent-enfant. Pour les filles qui ont terminé les séances de groupes (SNAP Girls) du programme SNAP, il y a également des séances suivant un protocole à l’intention d’un groupe mères-filles appelé Girls Growing Up Healthy (GGUH; composante fondamentale pour les filles) qui est axé sur l’amélioration des compétences en matière de relations, les relations saines, ainsi que la santé physique et sexuelle. De plus, la composante Youth Leadership Club est offerte aux garçons et aux filles qui ont terminé les composantes fondamentales du programme SNAP, mais qui continuent de présenter un risque élevé de comportements perturbateurs. Le personnel offre des séances en groupe, individuelles ou familiales pour aider les jeunes à risque à acquérir une plus grande autonomie, accroître leur motivation en ce qui concerne l’engagement et la réussite scolaire, améliorer leur cheminement de carrière dans la population active et réduire leur risque de démêlés avec la justice.

Enfin, le modèle SNAP a fait l’objet de plusieurs travaux de recherche et protocoles d’évaluation rigoureux ciblant cette population. Il a été évalué puis réévalué au moyen du paradigme scientifique-praticien pour veiller à ce qu’il ne présente aucun effet iatrogène et que les composantes nécessaires du programme soient offertes à un niveau d’intensité approprié de manière à optimiser les bienfaits du traitement en fonction du niveau de risque et des besoins individuels de l’enfant et de la famille. Voici un résumé des principales constatations : le programme SNAP peut améliorer le fonctionnement exécutif (processus de pensée) en 13 semaines seulement (Lewis et al., 2008; Woltering et al., 2015); [traduction] « surpasse le traitement habituel » (Burke & Loeber, 2015); et [traduction] « les avantages financiers dépassent largement les coûts financiers, le taux de crime est réduit de 33 %, ce qui permet d’économiser de l’argent » (Farrington & Koegl, 2015).

Document-source principal

Burke J, Loeber R, The effectiveness of the Stop Now And Plan (SNAP) program for boys at risk for violence and delinquency (en anglais seulement) Prevention Science, 16(2), 242-253

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

SNAP Model - Dr. Leena K. Augimeri, Director, SNAP Scientific and Program & Centre for Children Committing Offences, Child Development Institute

46 St. Clair Gardens

Toronto, Ontario M6E 3V4, Canada

Téléphone ; 416-603-1827- ext 3112

SNAP Implementation - Nicola Slater, Manager, SNAP Business Development & Affiliate Relations, Child Development Institute

Téléphone : 416-603-1827 ext. 2148

Cœur de l'intervention

But/objectif de l'interventionNiveau(x) ciblé(s)Orientation axée sur l'équité
Effets allant du court terme au long terme :
  • Diminution du risque associé aux principaux indicateurs de risque dans les familles (d’après l’outil EARL), notamment : style parental, soutien, facteurs de stress./li>
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Effets à long terme : Moins de condamnations dans le système de justice pénale pour les adolescents au moment du suivi.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Pour les gardiens, effets immédiats/à court terme selon les observations avant et après l’intervention :
  • Amélioration des stratégies d’éducation des enfants
  • Amélioration des compétences de résolution de problèmes et de la capacité d’adaptation
  • Amélioration des compétences parentales./li>
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Effets allant du court terme au long terme :
  • Diminution du risque associé aux principaux indicateurs de risque chez les enfants (d’après l’outil EARL, voir ci-dessus), notamment : comportement antisocial, attitudes antisociales, rapports avec l’autorité, socialisation avec les pairs, capacité d’adaptation et caractère agréable
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Pour les enfants, effets immédiats/à court terme selon les observations avant et après l’intervention
  • Amélioration de la régulation des émotions et de la maîtrise de soi
  • Diminution des comportements perturbateurs, notamment : l’agression, la violation des règles, l’extériorisation, les troubles des conduites et/ou le trouble oppositionnel
  • Amélioration des compétences/aptitudes sociales
  • Diminution des comportements d’intériorisation (anxiété et dépression)
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Effets à moyen terme
  • Augmentation du sentiment de remords
  • Amélioration du fonctionnement exécutif
  • Bienfaits du traitement conservés jusqu’à 15 mois après le traitement
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

Promotion de la santé

  • Santé mentale

Réduction des risques

  • Prévention de la violence
  • Autre

Activités propres à l'intervention

  • Séances d’information offertes sur un facteur de risque ou une affection
  • Formation offerte pour la mise en œuvre de l’intervention
  • Processus/programme de groupe
  • Autre séance de formation
  • Établissement de partenariats

Priorité/Population cible de l'intervention

Période de vie

  • Enfants (6 à 12 ans)
  • Adolescents (13 à 18 ans)

Cadre

Cadre éducatif

  • Service de garde avant et après les heures d'école (5 à 12 ans)
  • École primaire

Cadre communautaire

  • Home
  • Community/neighbourhood
  • Health care setting
  • Child and youth camp
  • Other

Résultats

Tableau des résultats et des répercussions
RépercussionsDescription des répercussionsOrientation axée sur l'équité
Au niveau individuelLes enfants visés par le programme SNAP ont fait l’objet d’un nombre significativement plus faible d’accusations criminelles par rapport à ceux ayant reçu le traitement habituel.
Les enfants ayant reçu le traitement habituel ont fait l’objet d’un nombre significativement plus élevé (b = 0,97, erreur type = 0,49, 95 % intervalle de confiance = 0,01 – 1,93; RTI = 2,6) d’accusations criminelles (moyenne = 0,61, écart type = 1,47) par rapport aux enfants visés par le programme SNAP (moyenne = 0,23, écart type =0,85).
Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
Au niveau individuelMaintien des effets du traitement chez les sujets du groupe expérimental dans les 15 mois suivant le traitement.
Les résultats donnent à penser que les différences entre les groupes de traitement se maintiennent généralement au cours du suivi à 3 mois et à 1 an, et la taille de l’effet est modérée.
Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
Au niveau individuelLes enfants visés par le programme SNAP ont présenté une diminution plus importante de l’ensemble des comportements d’intériorisation (anxiété et dépression).
Des différences marquées favorisant les enfants visés par le programme SNAP ont été observées entre les deux groupes de traitement en ce qui concerne les sous échelles de la Child Behavior Checklist (CBCL) mesurant les comportements d’intériorisation, de retrait, ainsi que d’anxiété et de dépression, comme il est indiqué dans le document principal, au tableau 3.
Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.
Au niveau individuelAmélioration du comportement grâce à l’intervention (effets immédiats) par rapport au groupe témoin.
On a observé, à la suite de l’intervention, une amélioration nettement plus importante chez les enfants visés par le programme SNAP comparativement aux enfants ayant reçu le traitement habituel d’après les sous-échelles de la délinquance et de l’agression de la liste de contrôle des comportements enfantins, et les effets se sont maintenus dans le temps. Comparativement au traitement habituel, les enfants visés par le programme SNAP ont présenté des taux significativement plus bas d’agression (b =-4,85, erreur type =1,53, p = 0,002), de violation des règles (b = -2,96, erreur type = 2,82, p = 0,005), de problèmes de comportement (b = -4,96, erreur-type = 1,18, p < 0,001) et d’extériorisation (b = -4,12, erreur-type =1,01, p < 0,001).
Les résultats sont présentés pour les personnes défavorisées, et ne sont pas comparés à ceux des personnes plus favorisées.

Adaptabilité

Historique de la mise en œuvre

  • Multiples mises en œuvre - Différents contextes/diverses populations/différents fournisseurs – L’intervention affiche une grande adaptabilité puisqu’elle a été mise en œuvre dans différents contextes ou auprès de diverses populations ou par différents fournisseurs*. Cela peut comprendre des mises en œuvre multiples au cours d’une même période. *Toutes les mises en œuvre de l’intervention doivent avoir été essentiellement les mêmes et doivent avoir fait état de résultats positifs en ce qui concerne les objectifs primaires de l’intervention.

Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

  • Les compétences spécialisées requises sont facilement accessibles dans le contexte - L’intervention exige la participation de personnel possédant des compétences poussées (p. ex. médecins, épidémiologistes, travailleurs sociaux), mais qui sont facilement accessibles dans le contexte de l’intervention.

Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre

Oui. Avant que l’on puisse amorcer la mise en œuvre des activités du programme auprès d’une organisation, le formulaire de demande de qualification, « SNAP Request for Qualifications (RFQ) », doit être rempli. Si les résultats sont satisfaisants, des plans de formation et de consultation sont établis. Une fois qu’un accord a été conclu, deux ou trois membres du personnel de l’organisation affiliée participent à une formation de 3 jours s’adressant au personnel responsable du programme, qui est offerte par les formateurs principaux du SNAP. Cette formation comprend les détails opérationnels, la préparation du personnel et du site, l’examen de la formation et du modèle, le visionnement de séances de groupe du programme SNAP, les formalités administratives et un aperçu de l’outil de mise en œuvre du SNAP (SNAPiT), qui appuie les responsabilités relatives à la consultation, à la supervision et à la fidélité/l’intégrité interne. De plus, on conclut un accord d’autorisation d’utilisation du programme SNAP (renouvelé annuellement par la suite), qui précise les services offerts par les fournisseurs du programme SNAP (p. ex. formation, consultation, soutien technique et soutien à l’évaluation), ainsi que les activités relatives à la fidélité et à l’intégrité devant être effectuées par l’organisation affiliée afin d’assurer que la mise en œuvre continue du programme SNAP fait l’objet d’une surveillance et d’un soutien efficaces. La date de tenue d’une formation de base de 9 jours sur le programme SNAP est ensuite fixée. Pour la formation de base sur le programme SNAP, l’équipe de formation/consultation du programme SNAP formera tout le personnel du programme et le personnel de surveillance. En ce qui concerne les examens continus de la fidélité, les organisations affiliées sont tenues de fournir des bandes vidéos au moyen de SNAPiT (un système en ligne – en l’absence d’une observation directe par un consultant du programme SNAP du Child Development Institute) afin que les formulaires sur les compétences et l’observance soient remplis et examinés avec l’équipe. Les activités de surveillance incluent également l’analyse des questionnaires de rétroaction (tous les 3 à 4 mois) remplis par le personnel du programme SNAP du Child Development Institute ainsi que par le personnel de l’organisation affiliée pour assurer que les activités de consultation suivent leurs cours et sont efficaces.

Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention

Oui. Livrets, manuels, outils d’évaluation, outil de mise en œuvre du programme SNAP (SNAPiT), témoignages, affiches, etc. Pour obtenir la liste complète, veuillez communiquer avec les responsables du programme