Family Talk

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • Children (ages 6-12) icon
  • Teens (ages 13-18) icon
  • Young Adult (ages 19-24) icon
  • Adult (ages 25-64) icon
  • Pratiques exemplaires
  • Collectivité/ voisinage
  • Milieu de soins de santé
  • Développement d’enfants en santé
  • Mental Health Icon 2
  • Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles
  • Relations sociales qui respectend la diversité
  • Réseaux de soutien social

Determinants of Health: Pratiques en matière d'hygène personnelle et faculté d'adaption, Relations sociales (y compris celles qui respectent la diversité), Réseaux de soutien social, Développement sain durant l'enfance

Aperçu

Le programme d’intervention préventive Family Talk est un programme axé sur la famille et sur les forces qui ciblent les familles dans lesquelles un des parents ou les deux parents souffrent de dépression. Les enfants des parents souffrant de troubles de l’humeur sont de deux à quatre fois plus susceptibles de développer eux mêmes des troubles de l’humeur, comparativement aux enfants de familles dans lesquelles les parents ne souffrent pas d’une maladie. De nombreuses études montrent également des taux accrus d’autres troubles psychiatriques chez ces enfants à risque. Toutefois, malgré les risques connexes, nombre d’enfants de parents souffrant de dépression sont résilients. Un des principaux objectifs du programme de prévention Familiy Talk est d’améliorer les liens familiaux, ainsi que le fonctionnement de la famille et la communication. Ces objectifs sont importants puisqu’un environnement familial défavorable (c. à d. où on note une mauvaise communication, le retrait du parent et une irritabilité) représente un facteur de risque clé dans le développement de la dépression et de problèmes connexes chez l’enfant.

Ce programme comprend un ensemble de rencontres au cours desquelles les parents sont sensibilisés à la dépression, discutent de leur expérience avec la dépression et de son incidence sur la famille et développent des compétences d’adaptation. Il comprend également une séance avec l’enfant et une rencontre avec la famille. Ces discussions aident à créer un récit familial sur la dépression et à rompre le silence entourant la maladie et ses répercussions. Un autre objectif clé de l’intervention est d’aider les parents à reconnaître les forces au sein de la famille et à miser sur celles ci pour accroître leur résilience et celle de leurs enfants. L’intervention comporte sept modules de base, y compris une rencontre de suivi généralement organisée six mois après la fin de l’intervention. Les séances ont généralement lieu chaque semaine et plus d’une séance est parfois nécessaire pour terminer un module. Le programme est offert par des psychologues, des travailleurs sociaux et des infirmières qualifiés.

Les répercussions de deux styles d’intervention préventive, soit une intervention fondée sur des exposés et une intervention animée par un clinicien, ont été comparées dans le cadre d’un essai à grande échelle auprès de 105 familles qui ont été suivies pendant quatre ans et demi après leur recrutement. Les analyses ont indiqué que les deux groupes montraient des changements positifs sur le plan de la réduction de la discorde familiale, de l’amélioration de la communication et de la résolution des problèmes au sein de la famille, de l’amélioration de l’attention portée aux enfants et de l’amélioration de la compréhension. De plus, l’amélioration de la résolution des problèmes, de la communication et de la compréhension au sein de la famille a persisté pendant plusieurs années après l’intervention initiale. Les parents du groupe animé par un clinicien ont signalé des changements plus importants que les parents du groupe d’intervention fondée sur des exposés. De plus, les enfants du groupe animé par un clinicien ont signalé mieux comprendre la dépression du parent que ceux du groupe d’intervention fondée sur des exposés.

Le bienfait accru de l’intervention animée par un clinicien a mené à une utilisation accrue de ce style d’intervention.

Document-source principal

W Beardslee, J Martin and T Gladstone, Family Talk Preventive Intervention manual (en anglais seulement) FAMpod (Families Preventing & Overcoming Depression) (en anglais seulement)

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

L’intervention a été élaborée par le Dr William R. Beardslee et ses collaborateurs au Judge Baker Children’s Center, une organisation affiliée à la Harvard Medical School, à Boston (Massachusetts).

Cœur de l'intervention

But/objectif de l'interventionNiveau(x) ciblé(s)Orientation axée sur l'équité
Aider les familles à planifier pour l’avenir et à prévenir les difficultés chez l’enfant.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Réagir face à tout problème existant chez l’enfant.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Renforcer les compétences d’adaptation, comme la communication et la résolution de problèmes.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Maximiser les atouts actuels de la famille et renforcer la résilience.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Aider les membres de la famille à discuter de la dépression et à créer un récit familial de dépression commun.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Insuffler de l’espoir dans les familles qui luttent avec la dépression.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Sensibiliser les parents et les enfants à l’égard de la dépression et de la résilience.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

Promotion de la santé

  • Santé mentale

Réduction des risques

    Activités propres à l'intervention

    • Séances de counselling à l’intention des personnes présentant un risque élevé de maladie chronique
    • Séances d’information offertes sur un facteur de risque ou une affection
    • Processus/programme de groupe
    • Autre

    Priorité/Population cible de l'intervention

    Période de vie

    • Enfants (6 à 12 ans)
    • Adolescents (13 à 18 ans)
    • Jeunes adultes (19 à 24 ans)
    • Adultes (25 à 64 ans)

    Cadre

    Cadre éducatif

      • N/A

      Cadre communautaire

      • Community/neighbourhood
      • Health care setting

      Résultats

      Tableau des résultats et des répercussions
      RépercussionsDescription des répercussionsOrientation axée sur l'équité
      Au niveau individuelLa reconnaissance de la dépression chez les enfants était beaucoup plus élevée aux évaluations post intervention : 12 enfants sur 17 (71 %) par opposition à 2 enfants sur 16 (13 %), respectivement; x² (1) = 11,4, p < 0.001.Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
      Au niveau individuelLes parents du groupe animé par un clinicien ont montré en moyenne plus de changements de comportement et d’attitude liés à l’enfant que les parents du groupe d’intervention fondée sur des exposés (ampleur de l’effet = 0,84; x² (1) = 52,8, p < 0,0001. Le nombre de changements signalés a augmenté lors des quatre évaluations de suivi, x² (3) = 88,6, p=0,0001. À cet égard, ni le sexe ni le pire fonctionnement conjugal n’étaient des prédicteurs des répercussions de l’intervention sur les parents. Le nombre moyen de changements n’a pas changé jusqu’à la fin du programme.Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
      Au niveau individuelLes scores t d’intériorisation ont baissé par rapport au niveau de référence, x² (1) = 9,0, p< 0 ,0001; ampleur de l’effet = 0,32. Les niveaux de référence ont été des prédicteurs importants des scores d’intériorisation ultérieurs, x² (1) = 28,2, p<0.0001. En tenant compte des scores de référence dans la modélisation, il n’y a pas eu d’effet principal pour le groupe d’intervention, mais on a constaté un effet principal pour le sexe, les filles obtenant, en moyenne, des scores plus élevés que les garçons, x² (1) = 8,3, p<0,01; ampleur de l’effet = 0,37. De plus, les personnes ayant terminé le programme ont eu, en moyenne, des scores plus bas que les personnes ayant partiellement terminé le programme, x² (1)= 4,1, p<0,05.Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
      Au niveau individuelLes enfants du groupe animé par un clinicien ont eu, en moyenne, un meilleur score quant à l’amélioration de la compréhension du trouble de l’humeur du parent que ceux du groupe avec intervention fondée sur des exposés dans les quatre évaluations de suivi : intervention animée par un clinicien et intervention fondée sur des exposés (ampleur de l’effet = 0,33; x² (1) = 5,0, p<0,05. Les scores ont augmenté considérablement au fil du temps, x² (3) = 9,0, p<0,05, mais l’augmentation n’était pas significative si l’on tenait compte du stade de développement. L’achèvement du programme a été une covariable importante, ceux ayant terminé le programme ayant des scores plus élevés, en moyenne, que ceux qui ont partiellement terminé le programme, x² (1) = 5,3, p < 0.005 .Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
      Au niveau individuel

      Les scores relatifs au fonctionnement familial des parents ont augmenté, en moyenne, par rapport au niveau de référence, ?²(1) = 11,2, p<0,001; ampleur de l’effet = 0,20. Tenant compte des scores de fonctionnement familial de référence, les groupes d’intervention n’ont montré aucune différence dans les scores post intervention, ?² (1) = 0,3, p < 0,1.

      Les scores de fonctionnement familial des enfants ont augmenté par rapport au niveau de référence, ?² (1) = 19,3, p<0,0001; ampleur de l’effet = 0,50. Tenant compte des scores de fonctionnement familial de référence, les groupes d’intervention n’ont montré aucune différence dans les scores post intervention, ?² (1) = 1,8, p>0,1; les scores n’ont pas changé en fonction de l’achèvement partiel ou complet du programme, ?² (1) = 0,74, p>0,1. Ni le sexe ni le stade de développement n’ont été des prédicteurs des niveaux de fonctionnement familial (ps>0,1).

      Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.

      Adaptabilité

      Historique de la mise en œuvre

      • Multiples mises en œuvre - Différents contextes/diverses populations/différents fournisseurs – L’intervention affiche une grande adaptabilité puisqu’elle a été mise en œuvre dans différents contextes ou auprès de diverses populations ou par différents fournisseurs*. Cela peut comprendre des mises en œuvre multiples au cours d’une même période. *Toutes les mises en œuvre de l’intervention doivent avoir été essentiellement les mêmes et doivent avoir fait état de résultats positifs en ce qui concerne les objectifs primaires de l’intervention.

      Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

      • Les compétences spécialisées requises sont facilement accessibles dans le contexte - L’intervention exige la participation de personnel possédant des compétences poussées (p. ex. médecins, épidémiologistes, travailleurs sociaux), mais qui sont facilement accessibles dans le contexte de l’intervention.

      Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre

      Oui. Formation en ligne gratuite; consultation

      Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention

      Oui. Manuel du programme