Connect©

Catégories

Catégories associées à la pratique exemplaire :

  • Children (ages 6-12) icon
  • Teens (ages 13-18) icon
  • Young Adult (ages 19-24) icon
  • Adult (ages 25-64) icon
  • Seniors (ages 65+) icon
  • Pratiques exemplaires
  • Collectivité/ voisinage
  • Elementary School Icon 1
  • Milieu de soins de santé
  • Développement d’enfants en santé
  • Prévention des blessures
  • Mental Health Icon 2
  • Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles
  • Preventing Violence Icon 1
  • Secondary School Icon 1

Determinants of Health: Pratiques en matière d'hygène personnelle et faculté d'adaption, Développement sain durant l'enfance

Aperçu

Connect© est un programme de dix semaines fondé sur des principes à l’intention des parents et des parents substituts d’adolescents agressifs, antisociaux et délinquants qui intègre la recherche sur les liens affectifs entre adolescent et parent, le développement de l’adolescent et les pratiques parentales efficaces. Le programme met l’accent sur l’amélioration des piliers d’un attachement sécurisant qui ont une incidence sur les résultats chez l’enfant, soit la fonction parentale réfléchie, la sensibilité et la régulation adaptative de l’affect dyadique. L’amélioration de la compétence dans ces trois domaines aide les parents à remodeler le comportement et les besoins de leur adolescent, à moduler leur réponse émotionnelle au comportement problématique et à utiliser consciemment des stratégies parentales pour soutenir leur relation avec leur adolescent tout en établissant clairement des limites et des attentes. Ce programme est fondé sur des conclusions de recherches approfondies confirmant l’importance de la relation parents enfants en guise de facteur de protection dans le développement sain de l’adolescent, tout particulièrement en ce qui concerne un comportement agressif, violent et antisocial. Il fait également fond sur des données probantes montrant l’efficacité d’interventions axées sur l’attachement pour les enfants affichant un comportement problématique. Chaque séance commence avec une discussion sur le principe de l’attachement qui aide les parents à comprendre les problèmes d’attachement liés aux interactions difficiles avec leur adolescent.

Plusieurs évaluations quasi expérimentales du programme ont révélé qu’il permet de réduire les troubles intériorisés et extériorisés chez les jeunes. Certaines études montrent des répercussions favorables sur les parents, comme une amélioration de l’auto efficacité et de la confiance quant au rôle parental, une amélioration de la satisfaction quant au rôle parental et une réduction du fardeau parental.

Le programme Connect© a été élaboré en collaboration avec le Maples Adolescent Treatment Center

.

Document-source principal

M Moretti, K Braber, I Obsuth, Connect: an attachment focused treatment group for parents and caregivers. Simon Fraser University

Coordonnées des développeurs et/ou des responsables de la mise en œuvre

Marlene Moretti, PhD

Département de psychologie

Université Simon Fraser

8888, chemin University

Burnaby (Colombie Britannique)

CANADA V5A 1S6

Téléphone : 778 782 36

Cœur de l'intervention

But/objectif de l'interventionNiveau(x) ciblé(s)Orientation axée sur l'équité
Accroître la qualité protectrice de la relation parent adolescent.
  • Niveau interpersonnel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Renforcer l’attachement sécurisant entre les adolescents et leurs parents.
  • Niveau interpersonnel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.
Réduire le risque de problèmes de santé mentale et de comportements agressifs.
  • Niveau individuel
Les personnes défavorisées ne sont pas énoncées de façon explicite comme étant la population cible de l’intervention.

Problème(s) de santé visé(s) par l'intervention

Promotion de la santé

  • Santé mentale

Réduction des risques

  • Prévention des blessures
  • Prévention de la violence

Activités propres à l'intervention

  • Processus/programme de groupe

Priorité/Population cible de l'intervention

Période de vie

  • Enfants (6 à 12 ans)
  • Adolescents (13 à 18 ans)
  • Jeunes adultes (19 à 24 ans)
  • Adultes (25 à 64 ans)
  • Personnes âgés (65 ans et plus)

Cadre

Cadre éducatif

  • École secondaire ou intermédiaire
  • École primaire

Cadre communautaire

  • Community/neighbourhood
  • Health care setting

Résultats

Tableau des résultats et des répercussions
RépercussionsDescription des répercussionsOrientation axée sur l'équité
Au niveau interpersonnelÉtude 1 (20 parents, contrôle de la liste d’attente; suivi après 12 mois) : Pendant la période d’attente, une baisse légère, mais non importante a été notée quant à l’ensemble des problèmes (d=0,31; p<0,096) et aux troubles extériorisés des jeunes (d=0,35; p<0,065). En revanche, les parents ont signalé sur la Child Behavior Checklist (CBLC) une réduction de moyenne à vaste et importante au niveau de l’ensemble des problèmes de leur jeune (F(1,19) = 10,92, p<0,005, d=0,64), y compris les troubles intériorisés (F(1,19) = 8,11, p<0,011, d=0,68). Plus précisément, une réduction de légère à modérée et importante a été notée sur le plan du non respect des règles (F(1,19) = 7,6, p<0,014, d =0,42) et du comportement agressif (F(1,19) = 7,9, p<0,012, d=0,27), ainsi que des problèmes sociaux (F(1,19) = 6,50, p<0,020; d=0,35). En ce qui concerne les échelles DSM IV de la CBCL, une baisse de légère à modérée a été constatée au niveau des problèmes de conduite des jeunes (F(1,19) = 6,35, p<0,022, d=0,46) et des troubles oppositionnels avec provocation (F(1,19) = 6,72, p<0,019, d=0,32). Au moment du suivi après 12 mois, aucun parent n’a signalé une perte quant à l’ampleur des améliorations après traitement. D’autres baisses légères, mais importantes ont été constatées sur le plan du score total des jeunes (F(1,16) = 6,78, p<0,019, d=0,24). Plus précisément, les parents ont signalé une baisse de légère à modérée et importante sur le plan des problèmes de conduite (F(1,16) = 5,14, p<0,039, d=0,24) et une légère baisse sur le plan du bris des règles (F(1,16) = 4,03, p<0,062, d=0,08) et des problèmes sociaux (F(1,16) =3,51, p<0,079, d=0,09).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau individuelÉtude 2 : Les parents ont signalé une amélioration modérée et importante de la capacité de leur adolescent à contrôler ses émotions (B=0,373, p<0,001, d=0,46) et à réfléchir à ses expériences émotionnelles (B=0,293, p<0,03, d=0,43), et une baisse légère, mais importante de la suppression des émotions (B= 0,194, p<0,031, d =0,29).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau individuelÉtude 1 : Pendant la période d’attente, les parents n’ont pas signalé de changements importants sur le plan de la satisfaction quant au rôle parental (d =0,09) ou au sentiment d’efficacité (d = 0,08). En revanche, les parents substituts ont signalé une augmentation moyenne ou importante de la satisfaction perçue quant au rôle parental (F(1,19) = 2,9, p <0,019, d = 0,45) et une augmentation vaste et importante du sentiment d’efficacité (F(1,19) =16,89, p< 0,001, d = 0,86) après le traitement. Au moment du suivi après 12 mois, aucun parent n’a signalé une perte quant à l’ampleur des améliorations après traitement.Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau individuelÉtude 1 (20 parents, contrôle de la liste d’attente; suivi après 12 mois) : Pendant la période d’attente, les parents n’ont pas signalé de changements importants sur le plan des troubles intériorisés de leur adolescent (d=0,04). En revanche, les parents ont signalé, sur la Child Behavior Checklist (CBCL), une réduction de moyenne à vaste et importante des troubles intériorisés de leur jeune (F(1,19) = 10,78, p<0,005; d=0,63). Plus précisément, une réduction de légère à modérée est survenue sur le plan de leur anxiété dépression (F(1,19) = 5,5, p<0,032, d=0,28). En ce qui concerne les échelles DSM IV de la CBCL, une baisse de légère à modérée a été constatée sur le plan des problèmes affectifs (F(1,19) = 10,33, p<0,006, d=0,45) et des problèmes d’anxiété (F(1,19) = 4,7, p <0,045, d=0,32). Au moment du suivi après 12 mois, aucun parent n’a signalé une perte quant à l’ampleur des améliorations après traitement. D’autres baisses légères, mais importantes ont été constatées sur le plan de l’ensemble des problèmes des jeunes (F(1,16) = 0,78, p<0,019, d=0,24). Plus précisément, les parents ont signalé d’autres baisses, de légères à modérées, importantes sur le plan des problèmes de dépression (F(1,16) = 5,46, p<0,034, d=0,34) et d’anxiété (F(1,16) = 6,89, p<0,018, d=0,31).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau individuelÉtude 2 : Les parents ont signalé une réduction importante des symptômes de TDAH (B= 0,297, p <0,003, d= 0,71) et de dysthymie (B= 0,284, p <0,003, d =0,43).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau individuelÉtude 2 (avant et après, 17 collectivités, N=309 parents) : les parents ont signalé une augmentation vaste et importante de la satisfaction quant au rôle parental (B=0,331, p<0,001, d=0,74) et à la perception d’efficacité (B=0,354, p<0,001, d=0,71). Une vaste et importante baisse dans la tension des parents substituts a aussi été observée sur le plan de la tension objective (= 0,622, p <0,001, d=0,93), de la tension subjective extériorisée (B= 0,402, p<0,001, d=0,98) et de la tension subjective intériorisée (B= 0,649, p<0,001, d=0,70).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau interpersonnelÉtude 2 : Les parents ont noté une augmentation importante, de légère à vaste, et sur le plan de la participation sociale (B=0,477, p<0,001, d=0,62), de la qualité des relations (B=0,459, p<0,001, d=0,37), de la participation à l’école (B=0,314, p<0,007, d=0,64) et du fonctionnement global de leur jeune (B=0,418, p<0,001, d=0,64).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.
Au niveau interpersonnelÉtude 2 : Les parents ont signalé une réduction importante, de modérée à vaste, au niveau de l’ensemble des problèmes (B= 0,235, p<0,001, d=0,59), des problèmes d’extériorisation (B= 0,295, p<0,001, d=0,56) et des troubles intériorisés (B= 0,171, p<0,014, d=0,34). Plus précisément, des réductions modérées et importantes ont été notées sur le plan des symptômes de trouble obsessionnel compulsif (B= 0,169, p<0,022, d=0,36) et de trouble oppositionnel avec provocation (B= 0,428, p<0,001, d=0,65). Les parents ont aussi signalé une réduction vaste et importante de l’agressivité de leur jeune à leur égard (B= 0,293, p<0,001, d=0,74) ainsi que de leur propre agressivité à l’égard de leur jeune (B= 0,188, p<0,001, d=0,94).Les résultats présentés ne mettent pas en évidence les conclusions liées aux personnes défavorisées.

Adaptabilité

Historique de la mise en œuvre

  • Multiples mises en œuvre - Différents contextes/diverses populations/différents fournisseurs – L’intervention affiche une grande adaptabilité puisqu’elle a été mise en œuvre dans différents contextes ou auprès de diverses populations ou par différents fournisseurs*. Cela peut comprendre des mises en œuvre multiples au cours d’une même période. *Toutes les mises en œuvre de l’intervention doivent avoir été essentiellement les mêmes et doivent avoir fait état de résultats positifs en ce qui concerne les objectifs primaires de l’intervention.

Expertise requise pour la mise en œuvre dans le contexte de l'intervention

  • Les compétences spécialisées requises sont facilement accessibles dans le contexte - L’intervention exige la participation de personnel possédant des compétences poussées (p. ex. médecins, épidémiologistes, travailleurs sociaux), mais qui sont facilement accessibles dans le contexte de l’intervention.

Existe-t-il des appuis disponibles pour la mise en œuvre

Oui. Formation, supervision et certification des responsables

Existe-t-il des ressources et/ou des produits rattachés à l'intervention

Oui. Groupe de parents Connect – adolescents (pour les parents de jeunes âgés de 13 à 18 ans), Groupe de parents Connect – préadolescents (pour les parents de jeunes âgés de 8 à 12 ans), Groupe de parents Connect supplément pour les parents de jeunes souffrant d’importants troubles de santé mentale et dépliants du programme.